Projet Mémoire

Mémoire, la République québécoise

Un symbole de l'État

Mémoire, qui personnifie la Deuxième République québécoise, est d'abord un symbole de l'État. Elle incarne la communauté civique québécoise de demain et par extension l'État républicain démocratique que cette communauté se sera donnée. Tant que le symbole sera un symbole indépendantiste, Mémoire personnifiera ce que les Québécois déjà libres dans leur tête et dans leur cœur VEULENT ÊTRE FACE AU MONDE.

Un symbole républicain

En tant que symbole d'un État républicain, Mémoire incarne la citoyenne modèle. Elle est la vertu civique faite femme, le patriotisme instruit à l'école de la dignité humaine. Elle est la cousine de Marianne.

Un symbole de la mémoire

« L'homme de l'avenir est celui qui a la plus longue mémoire. »
— Friedrich Nietzsche

« Hommes, souvenez-vous de vous en d'autres temps. »
— Gaston Miron, Les années de déréliction.

En tant que symbole de la République québécoise, Mémoire incarne notre devise nationale : « Je me souviens ». Elle incarne la volonté de l'être humain, en tout temps et en tout lieu, de se comprendre en se souvenant de lui-même. Elle est la mémoire des peuples, en particulier la mémoire du combat pour leur liberté.

Une symbolique universelle

À l'opposé des symboles monarchiques qui rappellent l'inégalité parmi les hommes, les injustices causées et entretenues par le pouvoir d'un seul sur tous les autres, notre nouveau symbole d'État véhicule une pensée humaniste au caractère universel. Mémoire, République québécoise sous les traits d'une femme métisse, symbolise l'unité biologique de l'espèce humaine, la rencontre avec l'Autre, le respect de sa différence. Elle invite à une véritable amitié entre les peuples.

Une république hier et demain

«La mémoire, cette faculté qui colle, qui s'imbibe, mais qui s'évanouit sans appel ou renaît sans avertir...»
— Anonyme

Mémoire sera un symbole indépendantiste appartenant au peuple, qui le portera jusqu'au jour où il prendra sa place désignée aux côtés des autres symboles de notre État devenu républicain.

Souvenons-nous qu'il y a quelque 173 ans, le 28 février 1838, la première république québécoise était proclamée à Noyan, dans la Montérégie, en pleine guerre d'indépendance. Malheureusement, l'armée britannique et les volontaires loyalistes et orangistes ont triomphé par la force sur ceux qui étaient alors nos légitimes représentants élus, nos plus dévoués patriotes.

Mais nous voilà en 2011. D'importantes parties du peuple québécois se souviennent. Notre histoire est celle d'un combat pour la liberté, d'un combat à finir et le jour du triomphe sera celui de la proclamation de la deuxième république québécoise, le jour de la définitive matérialisation politique de notre Mémoire!

Mathieu Gauthier-Pilote, été 2010

[ Accueil | FAQ | Contact ]